Aller au contenu principal du site

FAIRE SON COMPOST POUR UN JARDIN PLUS NATUREL

INFORMATIONS, boîte à idées

Le sujet est malheureusement à la mode : nous produisons de plus en plus de déchets. Pourtant à notre niveau il est tout à fait possible de réduire significativement nos poubelles. Si vous habitez en maison, pourquoi ne pas placer au fond de votre jardin un bac à compost vous permettant de ne plus jeter vos détritus végétaux de la cuisine et du  jardin ? Tout se recycle au jardin : ce qui vient de la terre retourne à la terre pour protéger et nourrir le sol.

 

Qu’est ce que le compost ?

Le compostage est un processus de transformation des déchets organiques par des micro-organismes (vers, bactéries,…) pour obtenir un produit similaire à du terreau : le compost. On entasse les déchets végétaux du jardin et de la maison pour qu’ils se décomposent. Au bout de 4 à 6 mois on obtient une terre végétale riche que l’on peut ensuite réutiliser pour la plantation des légumes et des fleurs. En effet, le compost est un fertilisant d'excellente qualité et 100 % naturel qui allège la terre.

 

Quelles sont les matières compostables ?

  • Du jardin : feuilles mortes broyées, tonte d'herbe fraîche, fleurs fanées, même celles du fleuriste, plantes d'appartement, bois de taille broyé, sciures et copeaux, aiguilles de conifères, mauvaises herbes non grainées, dont les orties entières avant floraison.
  • De la maison : déchets et épluchures de légumes et de fruits, peaux d'agrumes broyées (peu), restes de repas (sans viande, ni graisse), feuilles de thé et sachets, marc de café avec le filtre, croutes de fromage, couenne de jambon, coquilles d'oeufs, de noix, de moules broyées, pomme de terre flétrie broyées, papier essuie-tout (mouillé), papier, cartons (en morceaux), tissus naturels tels le coton et le lin (broyés).

 

Utilisez des matériaux variés et broyés (les micro-organismes seront plus efficaces si les déchets sont en petits morceaux) en mélange équitable secs (bois, rameaux, feuilles mortes) et humides (encore verts). La diversité des déchets utilisés fait du compost le meilleur engrais organique.

 

Comment faire son compost ?

Il existe plusieurs façons de faire du compost :

  • en tas pour les grandes surfaces
  • en silo pour les surfaces moyennes ou petites.

 

Vous trouverez des silos dans les commerces. Il faut qu’il soit muni d’un couvercle pour protéger les résidus des intempéries mais sans fond car il est indispensable que les résidus soient au contact du sol.

 

Placer votre silo ou votre tas sur un emplacement à l’ombre pour éviter qu’il ne se dessèche. Déversez-y les épluchures de la cuisine et les déchets organiques du jardin après les avoir fragmentés en morceaux. Le compost est de meilleure qualité si l’on alterne les couches de déchets secs et mouillés, verts (herbes, épluchures) et bruns (feuilles mortes, branchages), et si l’on mélange chaque couche avec la précédente. Le premier mélange ne doit être réalisé que 2 à 4 semaines après la mise en tas des déchets. Vous évitez ainsi de faire redescendre la température et sauvegardez l’activité des bactéries. Il est conseillé d’ajouter un peu de terre.  Pour un compost bien décomposé, pensez à alterner entre deux couches un activateur à compost.

 

L’humidité du compost

Il est important que vous contrôliez l’humidité de votre compost. Si le compost est trop sec, les bactéries meurent et seuls les champignons continuent à travailler. Dans ce cas arrosez votre compost.

Vous pouvez couvrir votre tas de compost après l’avoir arrosé, avec une bâche ou un couvercle selon votre contenant, permettant de garder l’humidité,

Attention cependant à ne pas trop humidifier votre compost. En effet, un excès d'eau diminue la quantité d'air disponible dans le volume de compost. Les bactéries qui ont besoins d’oxygène sont remplacées par des bactéries n’en ayant pas besoin et qui dégagent des gaz et engendrent des odeurs désagréables. Dans ce cas pensez à bien le mélanger pour éviter que certaines zones à l’intérieur ne soient trop humides.

Pensez également à découvrir votre tas par temps sec pour augmenter l’aération mais couvrez en cas d’intempéries pour limiter l’apport d’eau.

 

Quand le compost est-il prêt ?

Il peut être mûr au bout de 3 à 6 mois au printemps/été ou 6 à 9 mois en automne/hiver s’il est bien isolé et retourné régulièrement. A la fin du compostage le tas aura perdu 2/3 de son volume initial, mais il sera concentré en éléments nutritifs.

Retirez-le par la base. Si vous achetez un silo, veillez à ce qu’une trappe se situe sur la base pour faciliter la récupération.

Ensuite incorporez-le au pied des plantes ou dans les trous de plantation. Attention à ne pas l’enterrer mais à l’incorporer de façon superficielle.

 

 

Aujourd’hui, plus que jamais, il apparaît essentiel de composter nos déchets. Ce procédé, bien qu’un peu long ne demande pas trop de travail particulier. Il faut bien respecter les quelques règles énoncées ici. Une fois prêt, le compost permet d’apporter un bon fertilisant à vos plants de légumes pour qu’ils se nourrissent naturellement. On peut tout à fait utiliser des engrais et des fertilisants naturels en compléments ou si la quantité de compost n’est pas très importante. Vous verrez, votre quantité de déchets va diminuer considérablement !